a + b

a + b
direction : anne creissels
annecreissels(at)orange.fr

La compagnie a+b objet danse se situe au croisement des arts plastiques et des arts vivants, développant des formes hybrides, performatives, où la théorie se fait matériau. Les liens entre gestes et constructions identitaires y sont explorés, comme les zones de déplacements, des mots aux images et des objets aux corps.

anne creissels


Anne Creissels est plasticienne de formation (École d'art appliqué de la ville de Lyon section architecture intérieure), agrégée d'arts plastiques, maître de conférences en arts plastiques à l'université de Lille 3, membre du CEAC.

Docteure en Histoire et théorie des arts (EHESS Paris), elle a écrit un essai sur l'art, Prêter son corps au mythe : le féminin et l'art contemporain, paru aux Éditions du Félin en 2009. Elle prépare actuellement un autre ouvrage, Le geste emprunté : contraintes, artifices et métamorphoses du mythe entre arts visuels, danse et performance, et publie régulièrement des articles, notamment aux Cahiers du Mnam/Centre Georges Pompidou.

Ses recherches, à la fois théoriques et artistiques, portent sur la survivance de mythes dans l'art contemporain et la mémoire inconsciente des images ; les représentations et constructions identitaires en jeu dans l'art ; le geste dansé dans sa dimension performative et son lien aux arts visuels. Elle coordonne, de 2006 à 2012, le groupe de recherche ACEGAMI (analyse culturelle et études de genre/art, mythes et images) et, depuis 2010, un séminaire intitulé Figures du geste dansé: mythes, identités, interprétations, devenu Gestes ambigus à la rentrée 2015, à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris.

Pratiquant depuis toujours la danse, elle s'est plus particulièrement formée au tango argentin. Cette danse, dans ce qu'elle met en jeu du rapport à l'autre et de codes sociaux, mais aussi d'équilibre et d'improvisation, lui a permis d'explorer les questions d'identité et d'échange. Cette recherche par le mouvement est également passée par l'expérimentation de diverses méthodes et pratiques (Feldenkrais, Pilates, barre au sol, yoga, contact improvisation) favorisant une écoute et une prise de conscience du corps. Un travail du clown ainsi qu'un travail sur la voix ont enfin ouvert ces pratiques somatiques à la question du jeu et de l'interprétation.

Les codes et les dysfonctionnements, la difficulté à choisir, l'attente, l'instrumentalisation de l'autre ou encore la dépendance au sein du couple travaillent sa production plastique. Des installations, constituées de poupées, d'objets et de mots, mêlent l'univers de l'enfance à celui des adultes, le quotidien à l'étrange et le désir au burlesque. Chaque élément participe de cette ambivalence, tour à tour peluche et objet précieux, jouet et instrument de torture, énoncé savant et dérapage linguistique. Autour de ces installations, des performances mettent en scène les stratégies complexes d'existence face à l'autre et l'élaboration souterraine des fantasmes et angoisses.

Anne Creissels est par ailleurs membre du collectif d'artistes et chercheur·e·s Le laboratoire de la contre-performance.